Je suis abonnée à Espace Parents, un magazine que j’aime bien. Ce mois-ci, en page couverture, on peut lire « Opter pour le biberon, le choix qui dérange ». J’étais contente qu’un magazine traite enfin de l’alternative à l’allaitement. Depuis quelques années, on nous fait sentir que le biberon est un choix de lâche. C’est avec déception que j’ai lu l’article. Il traite de l’allaitement comme étant le choix par excellence (et je suis d’accord !) mais parle du biberon de façon informative seulement !

J’ai allaité un mois à la naissance de bébé#1. Pour moi, l’allaitement était un cauchemar. J’avais mal, je ne dormais plus et je ne sortais plus de chez moi puisque bébé#1 prenait le sein que lorsque j’étais étendue.  Pourtant, je ne suis pas du type à pleurnicher pour rien. J’ai eu deux accouchements durant lesquels je ne me suis même pas plaint ! L’allaitement parcontre me rendait aggressive. Les gens autour et le nouveau mouvement « allaitement à tout prix » n’aidait pas les choses. Je refusais de donner le biberon à mon fils par crainte d’être une mauvaise mère.

J’en suis venu à détester la maternité. Au bout de 3 semaines, qui m’ont parues comme une éternité, je disais à qui voulait l’entendre que les femmes qui avaient d’autres enfants étaient folles. Pourquoi revivre ça ? Je pleurais tout le temps et bien que les femmes pro-allaitements me disait que c’était le bébé-blues et que je devais passer au travers, je ne voyais pas la lumière au bout du tunel. Je me sentais prisonnière de l’allaitement.

La journée ou mon conjoint m’a supplié de donner une chance au biberon a tout changé pour moi. La culpabilité était là, certe, mais au bout du compte, c’était la meilleure solution. Depuis ce jour là, je me fais un devoir de dire aux nouvelles mamans que l’allaitement est LA meilleur façon de nourrir son bébé mais, pas la seule.

J’applaudis les mamans qui allaite, c’est un geste que j’admire. Malheureusement, je crois qu’un peu de support aux mamans qui n’allaite pas ne ferait pas de mal. J’ai personnellement eue du mal à passer par dessus les jugements. Il est important de ne pas juger le choix des autres parce que contrairement à ce qu’on m’a conditionné à croire, arrêter d’allaiter a fait de moi une meilleure maman.

Geneviève

Publicités