Après une grossesse, un accouchement, et quelques semaines de répit, revient le calme, la routine et un sérieux cas de SPM !

On oublie à quel point on est misérable quand nos périodes arrive. Pendant 9 mois, j’ai vécu sans et j’ai même été jusqu’à prendre pour aquis que j’en était libérée ! Malheureusement, mère nature, elle, ne nous oublie pas.

Je suis une accro du sucre pendant 1 semaine, je prends quelques livres au passage et j’ai l’humeur au plus bas… Pourquoi est-ce que je me sens aussi mal dans ma peau même si je suis une maman comblée ? Ah oui, pour ça. Eurk. Ça me semble tellement inutile maintenant que je ne veux plus d’enfants. J’en suis rendue à penser à « la grande opération » comme dirait ma mère ! Plus d’inquiétude, plus de contraception, plus de menstruation… Ça semble la meilleure solution, non ?

J’ai du mal à croire que je suis rendue là ! Penser à mettre un terme à mes chances de procréer et passer à une autre étape de ma vie… J’ai encore 16 ans au plus profond de moi ! Je vois bien que je viellis et que je n’ai plus rien en commun avec les ados que je croise mais, à quelques part, je suis déçue, je n’ai pas vu le temps passer. J’ai tellement eue du bon temps… Hier encore (je sonne comme une grand-mère, je sais) j’avais hâte de rencontrer le prince charmant… Je pensais à comment je nommerais mes enfants… Je rêvais d’une maison à moi… Je me lève ce matin et j’ai tout ça, déjà, à 26 ans ? Qu’est-ce que je fais maintenant ?

Nous sommes allé à un dépouillement d’arbre de noël hier et j’ai eu ma réponse… J’ai vu mon fils, assis au premier rang d’une pièce de théatre qui mangeait une canne de bonbon fière comme un roi d’avoir rencontré le père noël. J’en ai pleuré (C’est excessif, mais je suis en SPM !). Il était tellement beau et j’ai pris plein de photo, de loin, pour ne pas trop l’humilier. Et quand il s’est retourné et qu’il m’a vu, il m’a addressé le plus beau sourire et je l’ai entendu crier : « Maman !! Regarde !! »

Je suis heureuse d’être rendue là. Partager les bonheurs de mes fils. Leurs créer des souvenirs qui leurs rendront la tâche difficile quand il sera temps pour eux aussi de grandir.

Pour ce qui est de la grande opération, ça peut attendre… Je ne crois pas être prête à mettre une croix là-dessus. Qu’est-ce que je ferais si mes fils voulaient une petite soeur ?

Geneviève

Publicités