You are currently browsing the category archive for the ‘Désir d'enfant’ category.

À QUOI DOIS-JE M’ATTENDRE DANS UN SUIVI DE GROSSESSE NORMALE ?

Si vous pensez devenir enceinte sous peu, il y aurait avantage à consulter votre obstétricien gynécologue. Certains éléments de votre histoire médicale orienteront votre médecin vers des conseils généraux et spécifiques dans votre cas.

Prenez l’habitude de noter la date du début de vos dernières menstruations et/ou de votre test de grossesse positif. À la première rencontre, une revue de votre histoire familiale et personnelle sera précisée, y compris le déroulement de vos grossesses précédentes, s’il y a lieu. Vos habitudes de vie, votre alimentation, le type de travail que vous effectuez, la prise de médicaments ou toute autre information seront susceptibles d’aider votre médecin à mieux vous connaître et à vous conseiller.

Après un questionnaire et un examen physique et gynécologique, votre médecin sera en mesure d’évaluer la date prévue de votre accouchement. Déjà, lors de cette première visite, certaines discussions pourront être élaborées avec vous en fonction de vos questions, de vos inquiétudes et de vos besoins spécifiques. Le dépistage prénatal d’anomalies fœtales fait partie de ces discussions. Certaines analyses sanguines de base vous seront prescrites auxquelles pourront s’en ajouter d’autres selon le cas. Le dépistage du diabète gestationnel est fait vers la 26e semaine de grossesse et d’autres analyses pourront également être pratiquées entre la 28e et la 32e semaine. Une échographie, dite de dépistage, est normalement pratiquée entre la 18e et la 20e semaine. Celle-ci aide à vérifier l’âge de la grossesse, préciser l’endroit où se situe le placenta de façon définitive et passe en revue l’anatomie du fœtus à la recherche d’anomalies détectables. Les visites subséquentes se font en général à une fréquence de quatre semaines jusqu’à la 32e semaine, puis aux deux semaines jusqu’à la 36e semaine et par la suite toutes les semaines jusqu’à l’accouchement. La prise de la tension artérielle, le gain de poids et la mesure de votre abdomen ainsi que l’écoute des battements du cœur du bébé devraient faire partie de chacune de ces visites.

Profitez de ces rencontres pour questionner votre médecin sur les sujets qui vous préoccupent et les symptômes que vous présentez. Vers la 36e semaine de grossesse, votre médecin pourra également pratiquer une culture vaginale à la recherche du streptocoque bêta-hémolytique. Il procède également à ce moment, à un examen vaginal pour être plus certain de la position de la tête du bébé. Si vous dépassez la date prévue de votre accouchement, ce qui est fréquent, votre médecin vous conseillera, au moment opportun, de passer certains tests pour évaluer la santé de votre bébé et possiblement de déclencher le travail et l’accouchement. Il est démontré qu’un suivi régulier aide à réduire le taux de complications chez la mère et le nouveau-né.

Bonne grossesse et bon suivi!

Le site gynecoquebec.com répond à plusieurs questions importante et est un « must » à consulter !

S’entendre sur un prénom est très difficile ! Parce que le nom de notre acteur fétiche ou du personnage de notre roman préféré ne fait pas toujours l’affaire de notre conjoint, ou parce que le nom qu’on aime tant est devenu au cours des dernières années, le plus populaire au Québec, on peut prendre plusieurs mois avant de trouver le prénom parfait qui suivra bébé tout au long de sa vie. Voici quelques outils pour vous aider !

http://www.rrq.gouv.qc.ca/ Liste des prénom les plus populaire au Québec ainsi qu’un outil de recherche pour savoir combien de bébé porte le nom choisit chaque année !

http://www.signification-prenom.com/ Signification des prénoms. C’est très complet !

Un peu d’exotisme ? Voici des prénoms venant de plusieurs coin du monde :

Prénom Anglophone
Prénom Japonais
Prénom Italien
Prénom Russe
Prénom Espagnol

Après avoir aussi bien choisit le nom de bébé,
affichez le sur les murs de sa chambre !
Affiches personnalisées
Prix: 24,99 $ et 11,99$

Il y a tout plein de trucs, approuvé par les médecins ou par grand-maman, pour aider à la fécondité. Certain fonctionne, d’autre sont plus douteux mais, à la fin, qu’estce que vous avez à perdre ?

Voici la marche à suivre et LA liste des trucs à adopter si vous voulez optimiser vos chances de tomber enceinte le mois prochain !

Je veux un bébé!

La première chose à faire lorsqu’on désire concevoir est d’identifier la période fertile du couple et s’assurer d’avoir des rapports sexuels durant cette période.

Ovulation
Chez la femme, il n’y a qu’une ovulation par cycle et l’ovule produit vit en moyenne de huit (8) à douze (12) heures, jusqu’à un maximum de 24 heures. Bien qu’il soit possible qu’il y ait une deuxième ovulation, celle-ci se produit toujours à moins de 24 heures de la première. Donc, la période où la fécondation est possible n’est généralement que de quelques heures par cycle, d’où l’importance de ne pas la manquer.

Pour identifier la période d’ovulation, on se fie principalement à la glaire cervicale (substance sécrétée par le col de l’utérus) et le col de l’utérus. Plus on se rapproche du jour de l’ovulation, plus la glaire cervicale devient abondante, transparente, liquide, filante, un peu comme du blanc d’œuf. On remarque aussi une sensation de lubrification à la vulve lorsqu’on s’essuie. Quant au col, ce dernier devient de plus en plus mou, ouvert, haut et droit. Pour faire l’observation du col, il faut y aller par auto-palpation. Il y aussi d’autres symptômes qui peuvent être utiles : des douleurs au bas-ventre du côté gauche ou droit, des pertes rosées et une hausse de la libido. Donc, lorsqu’on perçoit ses signes de fertilité, c’est le temps qu’il faut privilégier pour multiplier les câlins amoureux.

Spermatozoïdes
Chez l’homme, une éjaculation contient environ 200 millions de spermatozoïdes. Ces derniers vivent en moyenne de deux (2) à cinq (5) jours. Donc, même s’il n’y a pas eu de rapport sexuel le jour même de l’ovulation, mais la veille par exemple, les chances de concevoir sont tout de même très bonnes. Toutefois, certains hommes produisent du sperme beaucoup moins riche ou avec des spermatozoïdes de moins bonne qualité, ce qui affecte la fertilité de l’homme. Dans ces cas-là, il est d’autant plus important de bien cibler le moment de l’ovulation.

Test sympto-thermique
Le meilleur moyen de bien comprendre sa période fertile est de faire le test sympto-thermique sur un graphique. Le test sympto-thermique consiste à prendre sa température matinale, à observer sa glaire cervicale, son col utérin et autres symptômes pertinents et les noter sur un graphique. La prise de la température permet de confirmer l’ovulation et éventuellement, une grossesse. En effet, au début du cycle (un cycle commençant avec le premier jour des dernières règles) la température est basse. Autour de l’ovulation, la température se met à grimper et reste haute pendant environ 14 jours. À ce moment là, s’il n’y a pas eu de fécondation, la température chute et arrivent les nouvelles menstruations. Par contre, s’il y a eu fécondation, la température continue de grimper.

Pour apprendre à bien faire le test sympto-thermique, il est recommandé de suivre un atelier donné par un couple de Seréna Québec. Au cours de cet atelier de deux (2) heures, le couple-moniteur s’assure de vous donner toute l’information nécessaire pour que vous fassiez le test sympto-thermique, peut vous donner des trucs pour aider à la fertilité et demeure disponible pour un suivi.TRUCS POUR AUGMENTER LA FERTILITÉ
Avant même de commencer les essais pour concevoir, il est possible d’augmenter sa fertilité par une bonne hygiène de vie. Peu de gens sont conscients à quel point nos habitudes de vie ont un impact sur notre fertilité. Non seulement celles-ci peuvent nous aider à être plus fertiles, mais également à éviter des fausses-couches. C’est pourquoi il est d’une très haute importance de faire le point.

Position
La position coïtale qui serait la plus favorable à la conception serait celle du missionnaire, en d’autres mots, lorsque la femme est sur le dos et l’homme est sur elle. Le mouvement de va-et-vient de l’homme pendant la pénétration joue un rôle nécessaire pour que la glaire soit bien répartie dans le vagin. La glaire permet en effet aux spermatozoïdes de survivre et de se déplacer. Puisque les premières gouttes renferment 60-70 % des spermatozoïdes, il est préférable d’arrêter le mouvement de va-et-vient lors de l’éjaculation pour laisser le sperme le plus près possible du col. Il est aussi préférable que l’homme se retire rapidement après l’éjaculation. La femme peut alors ramener les genoux ensemble sur la poitrine et surélever les hanches pendant un certain temps. De plus, l’idéal est que la femme ait son orgasme tout de suite après celui de l’homme. Les contractions utérines ont alors pour effet de diriger le sperme vers l’intérieur.

15 trucs pour accroître votre fertilité

1. Gardez votre homme au frais

Il est recommandé de ne pas exposer les testicules à une chaleur excessive, comme cela se produit quand on prend un bain chaud ou qu’on va dans un sauna. La chaleur risque d’affecter la qualité des spermatozoïdes. On conseille également d’éviter le port de pantalons serrés, comme les jeans, qui engendrent une grande chaleur au niveau des parties génitales et des testicules. Selon le niveau de détérioration causée par l’exposition à la chaleur, le sperme peut mettre jusqu’à trois mois à se régénérer.

2. Diminuez le café

Certaines études ont montré qu’une consommation excessive de café peut réduire les chances, des femmes comme des hommes, de concevoir un bébé. La caféine peut diminuer la capacité de la femme à procréer et augmenter ses risques de subir un avortement spontané. Pour ce qui est de l’homme, la caféine peut réduire le nombre de ses spermatozoïdes. Donc, ne dépassez pas deux tasses de café par jour. Certains médecins fixent même la limite à une tasse. N’oubliez pas les autres sources de caféine, comme le thé ou les boissons à base de cola.

3. Ne vous entraînez pas trop

Pratiquer régulièrement une activité physique est bon pour la santé et la fertilité mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, le surentraînement peut diminuer les chances de tomber enceinte. Il peut, en effet, provoquer des problèmes ovulatoires comme l’oligoménorrhée (peu de menstruations) ou l’aménorrhée (l’absence de menstruations).

4. Oubliez les régimes draconiens

Certes, le surpoids n’est pas recommandé, mais le fait de suivre un régime draconien peut diminuer la fertilité. Les régimes restrictifs hypocaloriques peuvent avoir un impact hormonal important, au point de dérégler complètement le cycle menstruel. Si vous désirez maigrir, suivez un régime quelques mois avant d’essayer de tomber enceinte. En outre, n’oubliez pas que votre corps a besoin d’un pourcentage minimum de gras pour produire des œstrogènes et maintenir votre cycle menstruel.

5. Réduisez votre consommation d’alcool

L’abus d’alcool peut nuire à la fécondité en affectant les spermatozoïdes et les ovules, et en augmentant le risque de faire une fausse-couche. Si vous souhaitez tomber enceinte, réduisez votre consommation habituelle d’alcool. Fixez-vous un maximum de cinq verres d’alcool par semaine (idéalement, il ne faudrait pas boire plus d’un verre par jour). Sachez, toutefois, que certains médecins conseillent de s’en priver totalement, surtout durant la période du cycle où on peut tomber enceinte. Cela, afin de protéger l’embryon du syndrome d’alcoolisme fœtal.

6. Mangez bien

Certaines carences alimentaires sont associées à l’infertilité, notamment les carences en acide folique, en acides gras essentiels, en vitamines C, E et B, en sélénium et en zinc. Mangez des aliments qui contiennent beaucoup de ces nutriments pour augmenter vos chances de procréer.

7. Protégez-vous contre les MTS

Certaines maladies transmisibles es sexuellement (MTS), comme la chlamydia et la gonorrhée, peuvent augmenter de 20 à 25% les chances de souffrir d’infertilité. Non traitées, certaines MTS peuvent se propager aux trompes de Fallope et causer une salpingite, une inflammation qui endommage parfois les trompes et conduit à la stérilité. Si la possibilité d’une infection vous préoccupe, consultez sans faute un médecin.

8. Gare aux lubrifiants

L’utilisation de lubrifiants vaginaux durant les rapports sexuels nuit parfois à l’efficacité du sperme. Les lubrifiants peuvent, en effet, entraver la mobilité et la viabilité des spermatozoïdes. Si vous avez de la difficulté à concevoir, laissez tomber les lubrifiants pour un temps.

9. Attention à certains médicaments

La prise de certaines médications peut diminuer la fertilité. Avant d’acheter ou de prendre un médicament, informez-vous auprès de votre médecin ou de votre pharmacien pour vérifier que ça ne nuira pas à votre fécondité.

10. Contrôlez votre stress

Le stress peut inhiber la fécondité de l’homme et de la femme. Il peut entraîner une diminution de la production de sperme par l’homme et perturber le cycle ovarien de la femme. Apprenez à gérer votre stress et prenez le temps de vous détendre (en faisant de la lecture, de la méditation, du yoga, etc.).

11. Faites l’amour souvent

Des rapports sexuels fréquents optimisent les chances de faire un bébé. Sachez qu’en moyenne les spermatozoïdes ont une durée de vie de 72 heures une fois expulsés dans les cavités génitales.

12. Arrêtez de fumer

Statistiquement, les gens qui fument risquent davantage de souffrir d’infertilité. Le tabagisme est responsable d’une modification des chromosomes des spermatozoïdes et des ovules, ce qui nuit à la fécondité. En fumant, vous réduisez donc vos chances de concevoir. Il semble également que le tabac augmente le risque de faire une fausse-couche ou entraîne une baisse du nombre de spermatozoïdes.

13. Faites des exercices physiques

L’activité physique régulière améliore la santé en général et stimule la circulation au niveau des organes reproducteurs. Une mauvaise irrigation des ovaires peut parfois réduire la fertilité chez les femmes. Pratiquez une activité physique au moins trois fois par semaine; vous augmenterez ainsi vos chances d’avoir des ovules sains et de procréer facilement.

14. Consultez un médecin en cas de dérèglement du cycle menstruel

En général, un cycle normal se situe entre 21 et 35 jours; si le vôtre dure plus de 35 jours ou que vous avez des pertes de sang entre vos menstruations, consultez. Un cycle anormal peut cacher un problème plus grave, comme l’hypothyroïdie (trouble de la glande thyroïde), qui doit être traitée en dehors du problème d’infertilité.

15. Gardez un poids santé

L’embonpoint et la maigreur excessive peuvent affecter la fertilité. Une augmentation ou une grande perte de poids peuvent modifier les messages hormonaux transmis par le cerveau. Cela peut avoir une incidence sur la production d’ovules par la femme ou sur la production de sperme par l’homme. Vous pouvez régler ce genre de problème en retrouvant un poids dit normal.

Lire le reste de cette entrée »