Intégrer son enfant en service de garde n’est pas une mince tâche.  Il est très difficile pour n’importe quel parent, même pour moi! 

La séparation est parfois pénible tant pour les parents que pour l’enfant.

   Il y a certains enfants qui réagissent très difficilement et cela peut prendre  jusqu’à 1 à 2 mois afin de comprendre qu’on va bien prendre soin de lui, de se sentir en sécurité et que maman et/ou papa vont revenir le rechercher. Bref,  à s’intégrer à son milieu de garde.

 Des trucs pour aider la séparation :

  • Faire une intégration progressive et idéalement des journées qui se suivent pour mieux assimiler la routine du milieu de garde.

 

  • Lui faire un mini-album photo de vous, votre famille et lorsqu’il y aura un moment d’ennuie, il pourra le regarder pour se réconforter.

 

  • Quand l’enfant est plus petit son réconfort sera votre odeur par une petite doudou, les MINI-ZOOBIES ET ZOOBIES  sont un merveilleux exemple. vêtement
  • Utiliser un objet symbolique comme  les ZOOBIES  lors du moment de la sieste (souvent la période où le chagrin revient) sont un merveilleux exemple! En plus, dans la poche nous pouvons y introduire une photo de nous ;o)

                  Zoobie Coccinelle                    Zoobie Mini Crocodile       

  • Téléphoner à une amie pour exprimer votre tristesse afin de vous libérer :o)

       Avertissez toujours votre enfant de votre départ et le sécuriser en lui disant que vous reviendrez. Vous pouvez lui donner un moment de repère dans sa journée pour le retour Ex : Après ton dodo…

   Bien qu’il soit très pénible de quitter son trésors alors qu’il hurle dans les bras se son éducatrice, ÉVITEZ de vous éterniser sur le bord de la porte ou encore pire le reprendre dans vos bras. C’est sa façon d’exprimer son désaccord et d’évacuer son chagrin  pour mieux passer sa journée.

  Ne traînez pas, on s’assure que la doudou est là, un dernier bisou et hop….on part!  Je suis certaine que tout bon service de garde prendra votre appel pour vous rassurer.

 Pour connaître les deux côté de la médaille (coté éducatrice et maman), les pleures sont de courte durée…le temps qu’on quitte le stationnement :o)

 La clé du succès est… la persévérance

Et croyez-moi pour ma part ca fait 3 ans que la séparation est difficile ;o)

 

Julie Doré,

Maman d’un petit garçon de 3 ans, un  autre en route

Éducatrice en petite enfance depuis 10 ans et 15 ans en milieu scolaire

Il y a tout plein de trucs, approuvé par les médecins ou par grand-maman, pour aider à la fécondité. Certain fonctionne, d’autre sont plus douteux mais, à la fin, qu’estce que vous avez à perdre ?

Voici la marche à suivre et LA liste des trucs à adopter si vous voulez optimiser vos chances de tomber enceinte le mois prochain !

Je veux un bébé!

La première chose à faire lorsqu’on désire concevoir est d’identifier la période fertile du couple et s’assurer d’avoir des rapports sexuels durant cette période.

Ovulation
Chez la femme, il n’y a qu’une ovulation par cycle et l’ovule produit vit en moyenne de huit (8) à douze (12) heures, jusqu’à un maximum de 24 heures. Bien qu’il soit possible qu’il y ait une deuxième ovulation, celle-ci se produit toujours à moins de 24 heures de la première. Donc, la période où la fécondation est possible n’est généralement que de quelques heures par cycle, d’où l’importance de ne pas la manquer.

Pour identifier la période d’ovulation, on se fie principalement à la glaire cervicale (substance sécrétée par le col de l’utérus) et le col de l’utérus. Plus on se rapproche du jour de l’ovulation, plus la glaire cervicale devient abondante, transparente, liquide, filante, un peu comme du blanc d’œuf. On remarque aussi une sensation de lubrification à la vulve lorsqu’on s’essuie. Quant au col, ce dernier devient de plus en plus mou, ouvert, haut et droit. Pour faire l’observation du col, il faut y aller par auto-palpation. Il y aussi d’autres symptômes qui peuvent être utiles : des douleurs au bas-ventre du côté gauche ou droit, des pertes rosées et une hausse de la libido. Donc, lorsqu’on perçoit ses signes de fertilité, c’est le temps qu’il faut privilégier pour multiplier les câlins amoureux.

Spermatozoïdes
Chez l’homme, une éjaculation contient environ 200 millions de spermatozoïdes. Ces derniers vivent en moyenne de deux (2) à cinq (5) jours. Donc, même s’il n’y a pas eu de rapport sexuel le jour même de l’ovulation, mais la veille par exemple, les chances de concevoir sont tout de même très bonnes. Toutefois, certains hommes produisent du sperme beaucoup moins riche ou avec des spermatozoïdes de moins bonne qualité, ce qui affecte la fertilité de l’homme. Dans ces cas-là, il est d’autant plus important de bien cibler le moment de l’ovulation.

Test sympto-thermique
Le meilleur moyen de bien comprendre sa période fertile est de faire le test sympto-thermique sur un graphique. Le test sympto-thermique consiste à prendre sa température matinale, à observer sa glaire cervicale, son col utérin et autres symptômes pertinents et les noter sur un graphique. La prise de la température permet de confirmer l’ovulation et éventuellement, une grossesse. En effet, au début du cycle (un cycle commençant avec le premier jour des dernières règles) la température est basse. Autour de l’ovulation, la température se met à grimper et reste haute pendant environ 14 jours. À ce moment là, s’il n’y a pas eu de fécondation, la température chute et arrivent les nouvelles menstruations. Par contre, s’il y a eu fécondation, la température continue de grimper.

Pour apprendre à bien faire le test sympto-thermique, il est recommandé de suivre un atelier donné par un couple de Seréna Québec. Au cours de cet atelier de deux (2) heures, le couple-moniteur s’assure de vous donner toute l’information nécessaire pour que vous fassiez le test sympto-thermique, peut vous donner des trucs pour aider à la fertilité et demeure disponible pour un suivi.TRUCS POUR AUGMENTER LA FERTILITÉ
Avant même de commencer les essais pour concevoir, il est possible d’augmenter sa fertilité par une bonne hygiène de vie. Peu de gens sont conscients à quel point nos habitudes de vie ont un impact sur notre fertilité. Non seulement celles-ci peuvent nous aider à être plus fertiles, mais également à éviter des fausses-couches. C’est pourquoi il est d’une très haute importance de faire le point.

Position
La position coïtale qui serait la plus favorable à la conception serait celle du missionnaire, en d’autres mots, lorsque la femme est sur le dos et l’homme est sur elle. Le mouvement de va-et-vient de l’homme pendant la pénétration joue un rôle nécessaire pour que la glaire soit bien répartie dans le vagin. La glaire permet en effet aux spermatozoïdes de survivre et de se déplacer. Puisque les premières gouttes renferment 60-70 % des spermatozoïdes, il est préférable d’arrêter le mouvement de va-et-vient lors de l’éjaculation pour laisser le sperme le plus près possible du col. Il est aussi préférable que l’homme se retire rapidement après l’éjaculation. La femme peut alors ramener les genoux ensemble sur la poitrine et surélever les hanches pendant un certain temps. De plus, l’idéal est que la femme ait son orgasme tout de suite après celui de l’homme. Les contractions utérines ont alors pour effet de diriger le sperme vers l’intérieur.

15 trucs pour accroître votre fertilité

1. Gardez votre homme au frais

Il est recommandé de ne pas exposer les testicules à une chaleur excessive, comme cela se produit quand on prend un bain chaud ou qu’on va dans un sauna. La chaleur risque d’affecter la qualité des spermatozoïdes. On conseille également d’éviter le port de pantalons serrés, comme les jeans, qui engendrent une grande chaleur au niveau des parties génitales et des testicules. Selon le niveau de détérioration causée par l’exposition à la chaleur, le sperme peut mettre jusqu’à trois mois à se régénérer.

2. Diminuez le café

Certaines études ont montré qu’une consommation excessive de café peut réduire les chances, des femmes comme des hommes, de concevoir un bébé. La caféine peut diminuer la capacité de la femme à procréer et augmenter ses risques de subir un avortement spontané. Pour ce qui est de l’homme, la caféine peut réduire le nombre de ses spermatozoïdes. Donc, ne dépassez pas deux tasses de café par jour. Certains médecins fixent même la limite à une tasse. N’oubliez pas les autres sources de caféine, comme le thé ou les boissons à base de cola.

3. Ne vous entraînez pas trop

Pratiquer régulièrement une activité physique est bon pour la santé et la fertilité mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, le surentraînement peut diminuer les chances de tomber enceinte. Il peut, en effet, provoquer des problèmes ovulatoires comme l’oligoménorrhée (peu de menstruations) ou l’aménorrhée (l’absence de menstruations).

4. Oubliez les régimes draconiens

Certes, le surpoids n’est pas recommandé, mais le fait de suivre un régime draconien peut diminuer la fertilité. Les régimes restrictifs hypocaloriques peuvent avoir un impact hormonal important, au point de dérégler complètement le cycle menstruel. Si vous désirez maigrir, suivez un régime quelques mois avant d’essayer de tomber enceinte. En outre, n’oubliez pas que votre corps a besoin d’un pourcentage minimum de gras pour produire des œstrogènes et maintenir votre cycle menstruel.

5. Réduisez votre consommation d’alcool

L’abus d’alcool peut nuire à la fécondité en affectant les spermatozoïdes et les ovules, et en augmentant le risque de faire une fausse-couche. Si vous souhaitez tomber enceinte, réduisez votre consommation habituelle d’alcool. Fixez-vous un maximum de cinq verres d’alcool par semaine (idéalement, il ne faudrait pas boire plus d’un verre par jour). Sachez, toutefois, que certains médecins conseillent de s’en priver totalement, surtout durant la période du cycle où on peut tomber enceinte. Cela, afin de protéger l’embryon du syndrome d’alcoolisme fœtal.

6. Mangez bien

Certaines carences alimentaires sont associées à l’infertilité, notamment les carences en acide folique, en acides gras essentiels, en vitamines C, E et B, en sélénium et en zinc. Mangez des aliments qui contiennent beaucoup de ces nutriments pour augmenter vos chances de procréer.

7. Protégez-vous contre les MTS

Certaines maladies transmisibles es sexuellement (MTS), comme la chlamydia et la gonorrhée, peuvent augmenter de 20 à 25% les chances de souffrir d’infertilité. Non traitées, certaines MTS peuvent se propager aux trompes de Fallope et causer une salpingite, une inflammation qui endommage parfois les trompes et conduit à la stérilité. Si la possibilité d’une infection vous préoccupe, consultez sans faute un médecin.

8. Gare aux lubrifiants

L’utilisation de lubrifiants vaginaux durant les rapports sexuels nuit parfois à l’efficacité du sperme. Les lubrifiants peuvent, en effet, entraver la mobilité et la viabilité des spermatozoïdes. Si vous avez de la difficulté à concevoir, laissez tomber les lubrifiants pour un temps.

9. Attention à certains médicaments

La prise de certaines médications peut diminuer la fertilité. Avant d’acheter ou de prendre un médicament, informez-vous auprès de votre médecin ou de votre pharmacien pour vérifier que ça ne nuira pas à votre fécondité.

10. Contrôlez votre stress

Le stress peut inhiber la fécondité de l’homme et de la femme. Il peut entraîner une diminution de la production de sperme par l’homme et perturber le cycle ovarien de la femme. Apprenez à gérer votre stress et prenez le temps de vous détendre (en faisant de la lecture, de la méditation, du yoga, etc.).

11. Faites l’amour souvent

Des rapports sexuels fréquents optimisent les chances de faire un bébé. Sachez qu’en moyenne les spermatozoïdes ont une durée de vie de 72 heures une fois expulsés dans les cavités génitales.

12. Arrêtez de fumer

Statistiquement, les gens qui fument risquent davantage de souffrir d’infertilité. Le tabagisme est responsable d’une modification des chromosomes des spermatozoïdes et des ovules, ce qui nuit à la fécondité. En fumant, vous réduisez donc vos chances de concevoir. Il semble également que le tabac augmente le risque de faire une fausse-couche ou entraîne une baisse du nombre de spermatozoïdes.

13. Faites des exercices physiques

L’activité physique régulière améliore la santé en général et stimule la circulation au niveau des organes reproducteurs. Une mauvaise irrigation des ovaires peut parfois réduire la fertilité chez les femmes. Pratiquez une activité physique au moins trois fois par semaine; vous augmenterez ainsi vos chances d’avoir des ovules sains et de procréer facilement.

14. Consultez un médecin en cas de dérèglement du cycle menstruel

En général, un cycle normal se situe entre 21 et 35 jours; si le vôtre dure plus de 35 jours ou que vous avez des pertes de sang entre vos menstruations, consultez. Un cycle anormal peut cacher un problème plus grave, comme l’hypothyroïdie (trouble de la glande thyroïde), qui doit être traitée en dehors du problème d’infertilité.

15. Gardez un poids santé

L’embonpoint et la maigreur excessive peuvent affecter la fertilité. Une augmentation ou une grande perte de poids peuvent modifier les messages hormonaux transmis par le cerveau. Cela peut avoir une incidence sur la production d’ovules par la femme ou sur la production de sperme par l’homme. Vous pouvez régler ce genre de problème en retrouvant un poids dit normal.

Lire le reste de cette entrée »

Le blog devait, au départ, servir à se rapprocher de vous, un peu comme si on se jasait pendant votre magasinage. Parce que les achats sur internet sont tellement impersonnel, on voulait s’assurer de rendre l’expérience plus humaine, un peu comme une boutique de quartier.

Nous sommes en plein refonte du blog avec de nouvelles idées et de nouveaux sujets de conversations ! Nous aimerions donc rendre les choses un peu plus « interactive » et vous demander ce dont VOUS aimeriez qu’on discute ici !

Envoyez-nous vos suggestions !!

Geneviève, Stéphanie et Julie

C’est la fête de mon petit homme cette semaine et j’en profite pour vous donner des idées sur lesquelles je suis tombées pendant mes recherches !

J’ai une colle pour vous : Mon fils de 3 ans fait de la BEAUCOUP fièvre depuis 3 jours et frôle maintenant les 101 degrées. Les cliniques n’ont plus de place au sans rendez-vous et mon CLSC n’a pas de médecin sur place. Je vais à l’urgence ?

En tant que maman qui s’est déjà fait avoir par le bon vieux « je-sais-que-ca-fait-5-heures-que-vous-attendez-mais-revenez-demain-pour-qu’on-voit-l’évolution-parceque-la-on-peut-rien-faire » plusieurs fois avec mon premier bébé, je fais maintenant TRÈS attention de ne pas y aller pour rien ET JE FAIS BIEN !

On arrive, et le personnel est toujours aussi joyeux, à nous lancer d’un côté à l’autre avec un homme qui prend son job trop au sérieux en nous fesant changer de place assis quand la file avance (j’ai le goût d’essayer TOUTE les places, comme ça je suis CERTAINE d’en toucher une avec plein de germes ! beurk)

En partant, une madame vient nous voir avec son plus beau sourire (on ssent le sarcasme là ou pas ?) et me dit que mon plus jeune ne devrait pas rester s’il n’est pas malade… Logique mais JE FAIS QUOI AVEC ?!?!

L’infirmière du triage est plus sympatique mais elle fini par me dire qu’elle lui donne du Tempra et de revenir la voir toutes les 4 heures, pour d’autres doses. EUH QUOI ? Combien de temps je vais être pris ici moi ???

Au bout de 6 heures, mon fils recommence à faire de la fièvre intense. Il dort mais là, il est tellement brulant… Mon thermomètre interne de maman me dit de ne pas attendre plus longtemps. Comme prédit, mon petit homme fait maintenant plus de 103 de fièvre et, tout d’un coup, c’est la catastrophe. On le fait voir un médecin D’URGENCE (eh oui, yen avait un de disponible !) et on le bourre d’antibiotique avant même d’avoir ses résultats… 5 minutes et c’est fini !!!

J’ai passé un beau weekend !! et vous ?? *rires*

Je recommence à travailler ce matin. Ah oui, ce n’est pas parce qu’on à LA boutique la plus GÉNIALE sur internet qu’on a pas un emploi  temps plein qui nous attend à quelques part… Une chance que nous sommes trois pour faire fonctionner Sauterelles et Coccinelles, parce que sinon, là peut-être que je serais plus triste qu’exitée !

Oh que oui, j’ai dit exitée, au risque de passer pour l’une de ses fameuses mères indignes… Je suis de celle qui aurait été très triste de vivre dans les année 50 ou la femme restait à la maison et que l’homme fesait le pognon. Je suis une fille au milles et un projets et l’un d’eux est de m’accomplir en tant que travailleuse dans une entreprise plus qu’extraordinaire (je lèche les bottes de personnes ici, je ne sais même pas si un patron lit le blog…!) Sérieusement, plus Sauterelles et Coccinelles grossit, plus j’aspire à devenir comme l’entreprise pour laquelle je travaille. C’est pas peu dire.

Je suis donc heureuse de retourner au travail ce matin pour tout plein de raison en plus de l’accomplissement. J’ai hâte de faire un peu de social, de faire travailler mon cerveau et mon »talent », j’ai hâte à la paye (ben oui !) et j’ai même hâte d’être à l’air climatisée (surtout en ce moment !)et j’ai hâte de retrouver mes enfants le soir pour profiter pleinement de nos moments ensemble.

J’ai fais une entrée progressive à la garderie avec mon plus jeune dans les dernières semaines, il adore et il est avec son frère, donc, pas de soucis. Je fais déjà complètement confiance à ma gardienne… Que demander de plus ? Maman indigne, je suis fièrement des vôtres, vive les année 2000 !

Geneviève

P.S. : Aucune offence aux mamans à la maison, vous êtes même beaucoup plus fortes que moi !

Encore sur mon « trip » Ohdeedoh, voici une belle idée déco quand on a un peu de talent et BEAUCOUP de patience !

Vous n’avez qu’à dessiner (ou trouver une bonne amie qui a un peu de temps libre !) des profils d’animaux et vous en faire des pochoirs. Si simple et, en même temps, si compliqué ! hihihi… On peut en rêver comme moi, quand on est trop paresseuse… Mais je m’adresse à vous, les filles entreprenante et habile de leurs dix doigts ! Le résultat est génial non ?

Tel que vu sur Ohdeedoh, trois chambres d’enfants différentes (dans le sens de pas bleu/rose) qui ont un style plutôt eclectique et un petit je-ne-sais-quoi qui ne donne le goût de refaire la décoration chez moi !

Sushis Bonbon – Par MommyKnows

Je suis tombée là-dessus aujourd’hui et je me disais que si un jour j’ai plein de temps libre, et que j’ai envie de me faire plaisir tout en sachant très bien que mon fils ne comprendra pas pourquoi maman se trouve aussi cool, je ferai ma maman branchée et je lui confectionnerai les Sushis Bonbon de MommyKnows ! Quoi que… maintenant que j’y pense… Je pourrais les faire lors d’un souper entre amis !! Ils sont tellement beau… Pas besoin d’en donner seulement aux enfants ! En dessert ou en soirée… ouaip ouaip ouaip…!

candy sushi

Voici comment c’est fait :

candy sushi
Faire une recette de Rice Krispies en ajoutant quelques guimauve de plus pour s’assurer un mélange « mou » et en faire des feuilles mince d’un demi centimètre.
candy sushi
Couper l’exédent et le manger (ben oui !). Disposer les rectangles sur du papier parchemin.
candy sushi
Disposer des bonbons au bout du rectangle. C’est à votre choix, amusez-vous !
candy sushi
Roulez le tout !
candy sushiroll tightly

Roll the Rice Krispie treats around the candy.

candy sushi
Ne le rouler pas plus d’un tour et demi, vous ne le voulez pas trop épais.
candy sushi

Enlever l’exédent.

candy sushi
Enroulez un « Roll-up » tout le tour du rouleau.
candy sushi

Couper en forme de sushi et voilà !

candy sushi
Personnellement, je metterais plus de bonbons que sur les photos…. 😛

Ça me rend FOLLE !!!!!!!!!!!!! Mon fils à un cas de « oui et non » virus qui s’attaque aux enfants de 2 ans et aux éternels indécis et je prie tout les soirs pour que mon fils s’en sorte bientôt parce que je n’en peut plus ! Est-ce que quelqu’un a dit « esprit de confrontation » ? Je crois que j’ai pas fini avec lui…

– Mamie est au téléphone mon amour. Tu veut lui parler ?

– Non.

Mamie, le coeur brisé, raccroche sans avoir eue sa conversation du jour avec mon petit homme… Petite parenthèse entre vous et moi : Il y a vraiment juste les mamies qui veulent parler à un enfant de 2 ans au téléphone… Alors si vous mettez vos enfants au bout de la ligne avec votre meilleure amie ou votre frère, je « pête votre bulle » tout de suite, au bout de deux fois, c’est long et un peu une perte de temps…

Je dépose mon téléphone et mon fils me lance, les yeux plein d’eau :  » Je veux parler à mamie moi !!!  »

– Caline Liam, je viens juste de te le demander !

NON MAIS… Je vais quand même pas RAPPELER pour mettre mon fils au téléphone… C’est pousser un peu loin… J’ADORE mon fils mais là, j’aurais l’air de quoi ??

– Je veux parler à mamiiiiiiiiiiiiiiiiiie…..

Après 5 minutes et une « presque-crise » je me dis que ma fièreté ne vaut pas une demie-journée de braillage et j’appel la chère mamie.

– Maman ? Liam est très triste de ne pas avoir pu te parler plutôt au téléphone. Je te le passe ?

Ma mère, plein de fièreté dans la voix, me dit qu’elle est plus qu’heureuse que son petit fils veuille à ce point lui parler.

– Ça y est, mamie est au téléphone mon amour. Tu veut lui parler ?

– Non.

ARGH !!!